Tags

,

Pas un jour ne se passe sans qu’une université n’ouvre sa page Spotted. Le mot « Spotted » en français signifie « Repéré(e) ». L’engouement pour ce phénomène nous vient tout droit d’Allemagne. Vous ne le connaissez pas encore ? Vous allez devenir accro…

Le principe

Le principe des Spotted est simple : c’est une page Facebook qui permet aux étudiants de déclarer leur amour à l’un ou l’une de leurs camarades, mais aussi à une personne croisée par hasard dans les couloirs de la fac.

545159_470800759647934_2140866601_n-600x325

Les pages Spotted permettent, de manière anonyme, de dévoiler son attirance pour une personne, connue ou encore inconnue. En effet, si vous n’avez pas eu le temps ou l’audace de dévoiler votre attirance pour la belle demoiselle qui s’est installée à côté de vous au resto universitaire, la page Spotted est la solution pour reprendre contact avec elle. Peut-être se reconnaitra-t-elle au travers de votre message ?

Bien sur, les pages Spotted les plus actives sont celles des Universités puisque de nombreux étudiants sont actifs sur celles-ci. Mais il existe des pages Spotted concernant d’autres lieux publics : Spotted Gerland, Spotted Subway, Spotted TCL….

Les textes ou les poèmes publiés sur les pages Spotted sont toujours anonymes. Là réside le succès de ces pages. Elles offrent la possibilité de s’épancher sentimentalement, sans être pointé du doigt et devenir la risée de toute la faculté.

Dérapages ?

Les pages Spotted sont gérées par un administrateur, propriétaire de la page. Il est chargé de lire et de filtrer les déclarations avant de les poster sur le mur de la page. Il est responsable de tout ce qui est diffusé sur la page, et prend quelques fois le rôle de Community Manager pour tempérer certaines réactions. Mais la plupart des messages diffusés sont inoffensifs. Les déclarations varient entre humour, rimes, ou même des poèmes rédigés en alexandrins.

Bien sûr, des abus sont toujours possibles. Certains messages insultants, ou décrivant la personne concernée en des termes peu flatteurs existent. De tels messages pourraient être qualifiés d’injures publiques, un délit réprimé par la loi de 1881 (article 33) : leurs auteurs peuvent être condamnés à une amende de 12 000 euros. Si de tels commentaires visent de façon répétée la même personne, ils pourraient être qualifiés de harcèlement. Dans ce ces cas précis, il vaut mieux prévenir les responsables de l’établissement. Il est également possible d’actionner la petite icone “signaler comme indésirable…”. Facebook s’est engagé auprès de l’Education Nationale à lutter contre toute forme de harcèlement.

62344_474793399248670_396203602_n

En résumé : Spotted et l’Université Lyon 3

– La page Spotted : Université Lyon 3 est la plus populaire des pages des facultés françaises.

– En 2 jours : 3000 likes (actuellement 8 521)

– 4 administrateurs

– Entre 20 et 40 messages par jours

– Les posts sont fait à 65% par des filles

– Première soirée Spotted organisée au Loft

Près à faire vos déclarations ??? –> ici

Cindy Comte

Advertisements