Tags

, , , ,

On connaissait le principe de concours pendant une durée déterminée, avec les “24H de la BD”, mais d’autres compétition de ce genre ont fait leur apparition…

Depuis 2008, il existe un concours mondial réunissant plusieurs milliers de fans, geeks, développeurs ou designers durant un weekend complet, soit 48h seulement, avec pour objectif de créer des jeux vidéos par équipe.

GGJ 2013

Cette année, la Global Game Jam (ou GGJ) a eut lieu du 25 au 27 janvier, tous pays confondus. La France n’est pas en reste puisque sur les 270 sites, 7 d’entre eux sont situés dans l’hexagone (avec bien sur Paris en tête, mais les villes de provinces sont aussi présentes, comme Rennes, Marseilles, ou encore Lyon).

Avec plus de 16 643 participants de 63 pays, soit plus de 5000 personnes par rapport à 2012, on peut dire que le succès de ce concours (pourtant pas si compétitif) qui met en avant des talents inconnus (voir déjà connu, la GGJ accepte aussi les professionnels)  n’est plus a démontré. Les participants, la plupart du temps étudiants en programmation, game-design, graphisme ou sound-design, ont du cette année relever un défi de taille et réaliser un jeu avec pour thème le battement de coeur.

Les règles sont simple. Nous avons 48h00 pour créer un jeu sur un thème imposé. une fois le thème connu, nous avons une demi heure pour en trouver un concept et ensuite 30 seconde pour le présenter a tout les participants. Finalement nous disposons de 30 minutes pour trouver une équipe pour pouvoir monter son projet de jeux.” explique Psyhodelik.

Les thèmes des années précédentes (“The rain in Spain falls mainly on the plain” – 2010, “An image of Ourobos” – 2012…)  ont eux aussi donné du fil à retordre aux “Jammers“. Ces derniers ont peu dormi durant ce weekend, mais ils ont pourtant réussit le défi en sortant de magnifiques jeux en si peu de temps.

Même les deux plus jeunes participants Français, Alvin et Nicolas (14 ans) ont relevé le défi avec brio pour de si jeunes “Jammers”. Venus de Belfort et Colmar, ils affirment volontiers se passionner pour Call of Duty et Minecraft. Comme quoi, la “génération Call of Duty” n’est pas forcément une génération décérébrée… comme trop de médias veulent nous l’affirmer.

La créativité, l’imagination et la détermination, voilà ce que semble les motiver pour la création d’un jeu en 48 heures. Et mine de rien, quand on leur demande ce qu’il en est de leur volonté d’en faire un métier, ils sont plus que motivés à rejoindre plus tard les études qui leur permettrait de vivre de leurs créations. Avis aux écoles de game-design ou de programmation, vous risquez de les croiser plus tard ces deux petits génies…

Alvin et Nicolas

Après 48h de travail intense, les nombreux participants ont finis par voter pour leurs jeux préférés. Voici le top trois des français :

  1. Save your porn où la plus grande peur des geeks est mise à l’épreuve, quand à votre réveil, votre ordinateur rend l’âme sous vos yeux. L’horreur. L’objectif est de le rallumer avec des massages cardiaques via le clavier, bouche à bouche dans le micro… Tout ça, pour sauver un dossier très personnel…
  2. The Loving une parodie du très célèbre Street Fighter, où les coups sont remplacés par des bouquets de fleur. Le but est de mettre votre adversaire “LOVE KO” !
  3. Where is love qui propose de trouver l’amour de votre vie au sein d’une foule en vous appuyant sur les battements de son coeur.

Vous pouvez aussi découvrir tous les jeux de cette édition de la Global Game Jam 2013 sur le site, mais il est aussi possible de les télécharger pour avoir un aperçu du travail des nombreuses équipes !

Laura SAID

Advertisements